• L’horizon

     

     L’horizon

     L’horizon

     

    Le front aux vitres comme font les veilleurs de chagrin

    Ciel dont j’ai dépassé la nuit

    Plaines toutes petites dans mes mains ouvertes

    Dans leur double horizon inerte indifférent

    Le front aux vitres comme font les veilleurs de chagrin

    Je te cherche par delà l’attente

    Par delà moi même

    Et je ne sais plus tant je t’aime

    Lequel de nous deux est absent. 

    Poèmes de Eugène Emile Paul Grindel,  Dit Paul Eluard 

     

     L’horizon

     

     

     

     

    « Mon Haïku 26Le Chaman 10 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter