• La douleur

     

    La douleur

    La douleur

     

    La douleur ne concerne pas seulement la douleur physique, mais aussi ce qui est appelé la douleur morale, c’est-à-dire un aspect de la souffrance personnalitique. L’aspect physique de la douleur découle de la fragilité intrinsèque de l’organisme et de la  vulnérabilité  globale  du  corps-cerveau  par  rapport  aux  multiples  impacts  de l’extérieur immédiat. Par exemple, le fait de souffrir de froid lorsque la température ambiante se trouve en-deçà d’un certain seuil, le fait de souffrir de chaleur lorsque la température ambiante se trouve au-delà d’un certain seuil, le fait de souffrir d’un choc physique, du contact avec un objet pointu, etc… tout cela traduit la vulnérabilité du corps-cerveau par rapport à l’extérieur. La fragilité intrinsèque de l’organisme se manifeste dans d’autres types de phénomènes. Il s’agira par exemple de souffrir de faim lorsqu’on n’a pas mangé depuis un certain temps, ou encore de tomber de fatigue lorsqu’on a fait un certain effort au-delà d’une certaine durée… Il y a une différence entre ce qui arrive concrètement au corps-cerveau, et la manière dont la conscience immédiate interprète qualitativement ce qui arrive. La douleur est une interprétation qualitative, elle n’est pas strictement objective, c’est-à-dire indépendante des programmes mentaux.

    Entre  le  mental,  du  point  de  vue  du  cerveau  ou  de  la  masse  psychique,  et l’organisme, il existe une relation assez complexe. Lorsqu’une personne se casse le bras,  elle  en  éprouve  de  la  douleur.  La  sensation  de  douleur  est  un  signal d’interprétation qui accompagne l’information du bras cassé, mais ce signal peut être interrompu ou annulé, tandis que l’information se conserve. La personne saura que son bras vient de se casser, mais elle n’en éprouvera pas de la douleur. La suppression de la douleur nécessite d’agir soit sur le cerveau, soit sur les nerfs qui véhiculent le signal incriminé. Le terrien élémentaire est génétiquement programmé de manière à ressentir de la douleur lorsque les conditions physiologiques et ambiantes adoptent certaines valeurs, cette réaction de douleur peut faire l’objet d’une reprogrammation mentale… La douleur morale est plus aisée à manier que la douleur physique, car les programmes mentaux responsables des réactions du système émotionnel sont plus légers que ceux qui gouvernent les réactions du simple système organique.

     

     

    « Clé de Santé 6Ma vidéo - comme un papillon »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter