• Sans amour

     

    Sans amour

    Sans amour

     

    Si je parle dans les langues des hommes et des anges, mais que je n’aie pas l’amour, je suis devenu comme le bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

    Et si j’ai le don de prophétie et que je connaisse tous les saints secrets et toute la connaissance, et si j’ai toute la foi de manière à transporter des montagnes, mais que je n’aie pas l’amour, je ne suis rien.

    Et si je donne tous mes biens pour nourrir les autres, et si je livre mon corps pour me glorifier, mais que je n’aie pas l’amour, cela ne me sert à rien.

    L’amour est patient et bon. L’amour n’est pas jaloux, il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil, n’agit pas de façon inconvenante, ne cherche pas ses propres intérêts, ne s’irrite pas. Il ne tient pas compte du mal subi.

    Il ne se réjouit pas de l’injustice, mais se réjouit avec la vérité.

    Il supporte tout, croit tout, espère tout, endure tout.

    L’amour ne disparaît jamais. Mais que ce soient les dons de prophétie, ils seront abolis ; que ce soient les langues, elles cesseront ; que ce soit la connaissance, elle sera abolie.

    Car nous connaissons partiellement et nous prophétisons partiellement ; mais quand ce qui est complet arrivera, ce qui est partiel sera aboli.

    Lorsque j’étais un tout-petit, je parlais comme un tout-petit, je pensais comme un tout-petit, je raisonnais comme un tout-petit ; mais maintenant que je suis devenu un homme, j’ai aboli ce qui est propre au tout-petit.

    À présent, en effet, nous voyons, les contours étant indécis, au moyen d’un miroir de métal, mais alors ce sera face à face. À présent, je connais partiellement, mais alors je connaîtrai de façon exacte tout comme je suis connu de façon exacte.

    Maintenant, cependant, demeurent la foi, l’espérance, l’amour, ces trois-là ; mais le plus grand des trois, c’est l’amour.

     

     

    « Ma petite pensée 8Sagesse 9 : Énergie bloquée »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter