• Se libérer de la souffrance.

     

    Se libérer de la souffrance.

    Se libérer de la souffrance.


    Tant que le non-soi domine au sein de la personnalité, la souffrance constitue une composante  effective  de  l’existence.  La  souffrance  possède  plusieurs  visages :  un débordement incontrôlé de l’ego, un débordement mal-équilibré de l’alto, une conjonction de facteurs nocifs de l’extérieur sur le corps-cerveau, des programmes néfastes dans l’ADN, des programmes mentaux erronés affectant l’âme elle-même, les conséquences factuelles et psychologiques d’une représentation mentale insuffisante et faussée de la Réalité, le poids impersonnel du CM… Il est possible de vaincre un certain genre de souffrance à travers la réalisation extatique, la réalisation kundalinique appliquée à la transe solaire, la reprogrammation altoïque du mental ou la réalisation de la  préséance  cardiaque.  Mais  aucun  de  ces  processus  ne  libère  tout  à  fait  de  la souffrance. C’est seulement quand l’Eveil est réalisé que le Soi devient vraiment le maître au sein de la personnalité, le non-soi est alors vaincu. La souffrance étant le propre du non-soi, elle est vaincue par conséquent.

    Que signifie en pratique ‘être libéré de la souffrance’ ?

    L’Être qui est libéré de la souffrance personnalitique vit dans la paix et la joie intérieures inconditionnelles, supra- émotionnelles et permanentes. Le cœur éveillé est la seule source énergétique capable de générer une telle paix et une telle joie. L’Être libéré de la souffrance ressent encore des émotions et peut encore prendre plaisir à faire ceci ou cela, mais sa paix et sa joie intérieures sont une constante toujours plus forte que les activités réactives du système mental-émotionnel. Les émotions et les sentiments négatifs n’existent plus chez un tel Être,  ou  plutôt  ils  sont  remplacés  par  la  paix  intérieure.  Les  Êtres  physiques élémentaires réagissent aux événements en fonction de leurs programmes mentaux subconscients, et les habitudes culturelles, combinées avec certains programmes subconscients directement issus du substrat génétique et communs à la plupart des terriens, donnent l’illusion qu’il existe réellement des réactions « universelles » à des événements « types »… Par exemple il est courant de penser que la mort subite d’un ami proche est nécessairement en soi un événement générateur de tristesse, de peine. Ceci  n’est  vrai  que  pour  quelques  catégories  de  personnes,  à  savoir :  les  Êtres élémentaires    qui    ont    une    connaissance    superficielle    et    erronée    de    la Réalité multidimensionnelle, et plus précisément des questions relatives à l’essence de l’humain  ;  les  Êtres  élémentaires  qui  sont  particulièrement  attachés  aux  formes physiques et aux schémas contextuels relatifs à ces formes ; etc… Un Être élémentaire qui aurait une connaissance fournie, profonde et correcte de la Réalité multidimensionnelle, n’éprouverait aucune peine devant la perte d’un ami proche, car il n’y a aucune raison d’éprouver la moindre émotion négative lorsqu’on comprend la Réalité… Cependant les choses ne sont pas aussi simples. La pression énergétique de l’ego sur le mental-émotionnel, ainsi que certains programmes de l’ADN spécialement calibrés selon les caractéristiques de l’ego, sont une composante significative au sein de la personnalité tant que l’Eveil n’est pas réalisé. Les réalisations psychomentales, psychiques et métamagnétiques ne peuvent affecter cette composante.

    L’Être qui est libéré de la souffrance incarnationnelle ne connaît plus la douleur, la maladie et la vieillesse, et se trouve capable de transcender la mort, non pas en rendant immortel son corps-cerveau physique d’incarnation, mais en exerçant la capacité de densifier son corps psychique ou de matérialiser un corps de manifestation, montrant ainsi  que  le  corps  d’incarnation  n’est  qu’un  simple  véhicule  auquel  il  n’est  pas nécessaire de s’attacher outre mesure… Se libérer de la souffrance incarnationnelle c’est vaincre le CM. Si un Être éprouve encore de la douleur, connaît toujours la maladie et succombe de même à la vieillesse, c’est qu’il n’est pas libéré de la souffrance incarnationnelle… Un Être peut se casser le bras sans en éprouver de la douleur, être malade sans en souffrir psychologiquement, être vieux sans ressentir une certaine forme d’appréhension et de lassitude morale, et faire face à la mort sans aucune espèce de crainte… mais un tel Être n’est pas libéré de la souffrance incarnationnelle, il est seulement capable de se couper mentalement de la perception qualitative de cette souffrance : la fragilité et la vulnérabilité du corps demeurent, et les éléments du CM s’expriment   toujours   avec   le   même   pouvoir…   Se   libérer   de   la   souffrance incarnationnelle n’a rien à voir avec le fait de pouvoir subir les éléments du CM sans en éprouver de la souffrance psychologique, cela a à voir avec le fait de pouvoir vaincre ces éléments eux-mêmes…

     

     

    « Mon Haïku 53L'Autoguérison 20 »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter